Dernières news

avr. 23

Written by: denis
23/04/2015 23:26  RssIcon

Nous avions déjà depuis plusieurs années formé le projet de nous rendre en Norvège, à la découverte de ses somptueux paysages et de ses fjords. Il nous paraissait dès lors tout naturel de consacrer en prime quelques jours  au célèbre site d’Hessdalen, connu pour ses manifestations énigmatiques.

Ce projet va se concrétiser pour une partie de l’équipe durant le mois d’août, et les réservations sont déjà faites pour le séjour.

Qui sait, cela sera peut-être pour notre équipe l’opportunité d’assister à quelques phénomènes insolites, et pourquoi pas avoir la chance de les capter en vidéo ou sur nos appareils photos.

La perspective de rencontrer aussi sur place certains des acteurs de l’étude du phénomène est aussi stimulante. Qui plus est,  nous avons pu avoir confirmation, par certains de nos contacts en Angleterre que le professeur Erling Strand, qui est à l’origine des premiers travaux scientifiques sur le sujet, semblait être plus particulièrement intéressé par les manifestations de boules lumineuses ailleurs dans le monde, à l’exemple de celles survenant de façon récurrentes dans le Wiltshire (GB),  que nous avons pu filmer (Voir notamment le troisième volet de notre série documentaire « UFOs & crop circles »).

Par ailleurs, sous ces latitudes nord, l’observation d’éventuelles aurores boréales, seraient aussi l’occasion d’engranger de spectaculaires images lors de notre séjour (L’activité de notre soleil ces derniers mois étant plutôt élevée, la probabilité d’un tel spectacle est plus forte que de gagner à un jeu de hasard…).



 

 Localisation d'Hessdalen (Marqueur rouge sur la carte de la Norvège)

Rappel concernant les phénomènes ayant pour siège la vallée d’Hessdalen :

Hessdalen  est une petite vallée située dans la partie centrale de la Norvège, au sud est de la ville de Trondheim.

Au début des années 80, les habitants des lieux ont eu leur attention attirée par des phénomènes lumineux insolites. Des centaines du lumières d’origine inexpliquée ont ainsi été observées de jour comme de nuit. Le phénomène a pris de l’ampleur jusqu’à atteindre un pic d’une vingtaine de manifestations par semaine, ce qui a fini par attirer l’attention au-delà des limites géographique de cette petite vallée.

A l’été 1983, le projet « Hessdalen » a été mis sur pied par un groupe de scientifiques de différentes nationalités, afin de déterminer la nature précise de ces manifestations étranges. Une campagne d’observation a été organisée entre le 21 et le 26 février 1984, avec la mise en place sur le terrain de toute une batterie d’instruments. Durant cette période, 53 phénomènes ont pu être détectés et enregistrés. A l’hiver 1985, une seconde campagne d’observation a été conduite, mais cette fois, sans succès, aucun phénomène ne s’étant manifesté.

Des lumières étranges continuent d’être observées de nos jours, même si la fréquence de ces manifestations a considérablement baissée par rapport à la période 1981-1984. Ces dernières années, le rythme d’observations se limite à une vingtaine par an. Une station de détection automatique a été mise en place sur le site en août 1998.

Description des phénomènes:

Ces manifestations lumineuses peuvent présenter des caractéristiques très variées d’une fois à l’autre, aussi bien en termes de nombre de lumières observées simultanément, que de couleur, de taille, de mobilité et de durée.









                                        Copyright Project Hessdalen

Ainsi, les boules de lumière peuvent être observées soit immobiles soit animées de mouvements désordonnés, des accélérations très brutales pouvant  être constatées à l’occasion de ces évolutions. Ces phénomènes peuvent être extrêmement brefs (inférieurs à la seconde), comme ils peuvent se manifester en continu sur une durée dépassant l’heure. Lorsqu’elles ont été observées en groupe, les témoins ont parfois eu l’impression (vérifiée sur les enregistrements vidéos réalisés) qu’elles évoluaient en formation, ou que leur disposition dans l’espace, les unes par rapport aux autres, ne variant pas, elles étaient portées par une structure solide non observée directement! Leur luminosité peut également fluctuer ou présenter des pulsations plus ou moins importantes et rapides. Le diamètre de ces boules de lumière  s’échelonne généralement entre un et dix  mètres. Les manifestations sont pour l’essentiel observées en dessous du sommet des montagnes qui bordent la vallée ou à proximité du sol, voir de certaines habitations. Un système radar ayant été installé dans la vallée, il a été possible d’obtenir des détections d’échos d’origine non identifiés que cela soit à l’occasion de certaines manifestations observable à l’œil nu, ou qu’il faille recourir pour un détection optique à des systèmes de vision nocturne (sensibles à l’infrarouge), procurant ainsi une confirmation radar – visuel (les échos enregistrés étant dans la direction du phénomène observé). Des éclairs illuminant toute la vallée ou des flashs localisés ont également été aperçus de temps à autre par les témoins.

Lors de certaines apparitions des effets électromagnétiques ont pu être constatés. Il s’agit de perturbations au niveau de l’alimentation électrique des installations au sol ainsi que du dysfonctionnement de différents équipements lorsque les lumières se trouvaient à proximité. Certains témoins ont également ressenti à ces occasions des nausées, des vertiges, leur sens de l’orientation semblant affecté. Ses symptômes particuliers suggèrent la présence d’un fort champ électromagnétique de basse fréquence.

Comme nous l’avons évoqué précédemment, le phénomène persistant, des études scientifiques ont été entreprises sur le terrain en collaboration avec plusieurs universités. Le physicien norvégien Erling Strand et l’astrophysicien italien Massimo Teodorani sont parmi les principaux animateurs du projet « Hessdalen ».



                Le professeur Erling Strand



                                               Station de détection (Blue box)



Divers instruments ont été déployés sur le site (des réseaux de caméras, dont des caméras infrarouge avec déclenchement d’enregistrement automatisé en fonction des analyses en temps réel des images captées, un sismographe,  des analyseurs de spectre optique, un radar, un magnétomètre, un illuminateur laser, un compteur Geiger). Des étudiants sont régulièrement associés au projet pour conduire des veillées d’observation sur le terrain avec des moyens de communication et en coordination avec un centre de supervision aménagé dans une installation en dur. Malgré tous les moyens déployés sur le terrain sur la durée, les analyses des divers enregistrements obtenus ne permettent pas de conclure de façon certaine quant à l’origine de ces phénomènes. Massimo Teodorani a tendance à privilégier l’hypothèse de plasma thermique (une soupe d’ions et d’électrons), sans pour autant pouvoir en déterminer l’origine.

Si ces phénomènes ont une origine naturelle (particularité géologique et ou magnétique du site?) il est étonnant qu’ils n’aient pas été détectés plus tôt, et comment expliquer que les manifestations se soient nettement raréfiées depuis la mise en œuvre des études scientifiques sur le terrain? De plus diverses anomalies, comme le fait notamment que la température de ces « plasmas » restent constantes même lorsque leur taille augmentent, impliquent un apport d’énergie continuel dont l’origine demeurent inconnue. De nombreux témoins ont eu l’impression que ces manifestations semblent jouer à cache-cache avec eux, les empêchant la plupart du temps de réussir à les photographier. Par ailleurs, certains de ces phénomènes, après avoir été illuminés par des lasers, ont semblé réagir en faisant varier leur fréquence de pulsation.

D’autres chercheurs suspectent un phénomène d’origine artificielle, peut-être en relation avec des tests de nouvelles technologies classifiées par les militaires (comme des canons à particules).

En l’absence d’hypothétiques révélations de l’armée, le mystère reste entier, et on ne peut pas écarter une origine encore plus exotique à ces manifestations.

On aura là aussi noté un certain nombre de similitudes avec les événements qui ont pour siège le col de Vence (Phénomènes lumineux insolites, interférences électromagnétiques, comportement suggérant une forme d’intelligence, caractère insaisissable…).

 




 

Cette photographie spectaculaire a été réalisée durant une campagne d’observation en septembre 2007, peu avant 22h. Le temps de pause est de 30 secondes. Le phénomène se déplaçait au dessus de la vallée, du mont Rognefjell vers le mont Finnsåhøgda (soit une direction ouest-sud ouest).

Un réseau de diffraction a été utilisé sur l’instrument de prise de vue, ce qui donne un spectre lumineux que des scientifiques sont en mesure d’exploiter.

Cette manifestation lumineuse a été accompagnée d’une détection radar, ce qui semble suggérer un support solide et métallique…

Source: Sciencecenter.no

(BjØrn Gitle Hauge)

































































Tags:
Categories: