Dernières news

juil. 19

Written by: denis
19/07/2012 12:11  RssIcon

Voici les compte rendu des observations réalisées par M. Alain Bauquet depuis son domicile,
situé à Cagnes sur mer, à proximité de Nice.

Un grand merci pour son entière collaboration.


UN MAGNIFIQUE BALLET AERIEN DE DEUX « ROUES INCANDESCENTES »


« Nous sommes le mercredi 11 avril 2012 et mon épouse et moi regardons dans le noir la télévision assis dans nos fauteuils ; les volets de la porte-fenêtre donnant vers le nord (donc en direction du Col et du Baou) sont encore ouverts (cf. photo jointe prise dans des conditions identiques) ; le ciel est dégagé, quelques nuages.

A 21h17 précises, depuis ma place, je vois du coin de l’œil apparaître subitement dans le peu d’espace visuel disponible (cf. photo) « quelque chose » de rouge provenant de l’est (donc de Nice).

Je dis à mon épouse « regarde, qu’est-ce que c’est que ça ? »,  fais un bond vers la fenêtre, puis sort dans le jardin en lui disant d’en faire autant mais en prenant au passage l’appareil photo Sony qui se trouve sur le buffet.

Le temps d’arriver tous les deux à la fenêtre, une seconde « chose » de type strictement identique (taille et couleur) arrive dans notre cham de vision, semblant « suivre » la première (même axe).

Immédiatement, je commence à prendre des photos ce qui est loin d’être chose aisée car, non seulement, il fait nuit noire, mais en plus, à notre grand étonnement, les « roues » (car il ne s’agit pas de « boules ») divergent d’un coup et adoptent chacune des trajets totalement différents !!

Le terme de « roues » est celui qui nous est venu à l’esprit car il s’agissait de deux « disques » sur la tranche, du même rouge incandescent tous les deux, le premier suivi d’une très petite « queue » vert-pâle bien visible, contrairement au second ce qui nous a frappé.

Grosseur à bout de bras : environ 2 à 3 mm pour chaque « roue »

Elévation : 50/60° environ

Distance : difficile à évaluer mais donnant l’impression d’une grande proximité (500m ?)

Commence alors un véritable « spectacle » aérien que je peux décrire ainsi :

La première « roue » continue lentement sa route  vers l’ouest, s’arrête, vient manifestement vers nous en grossissant,  s’arrête de nouveau, monte légèrement, décrit une légère courbe et s’éloigne en direction du Col de Vence avec la « queue » verdâtre visible, pour disparaître très progressivement, devenir un petit point que nous perdons de vue à l’horizon.

La seconde « roue », concomitamment, commence par se diriger vers l’ouest en « suivant » la première, s’arrête quelques secondes, s’avance vers nous, stoppe une ou deux secondes, et aussitôt monte dans le ciel  vers le nord assez vite, s’arrête subitement, redescend exactement sur la même ligne, semble s’approcher de nous et finalement grimpe en direction de l’étoile Polaire à une vitesse absolument extraordinaire jusqu’à ne plus devenir qu’un point qui se fond dans le ciel.

Les deux « roues » qui pourtant semblaient « se suivre » au début de l’observation ont donc pris des trajets différents pour disparaître (pas ensemble) à nos yeux.

Durée totale de l’observation : 4 minutes 30 environ (30 secondes pour réaliser, aller la fenêtre en prenant le Sony, 1’30 pour la première roue et 2’30 environ pour la seconde).

A la volée, j’ai pris vingt photos dont certaines sont totalement noires évidemment faute de cadrage précis ; cependant sur l’un des clichés, on aperçoit très bien après grossissement  sur ordinateur, les deux « roues » ensemble, au moment où la première partait vers le Col et la seconde « stationnait » sur place.

Je pense que sur certaines photos, même si les « roues » étaient en mouvement, les sinusoïdes qui apparaissent ne sont que le résultat de « bougés » de mon bras ; c’est dommage mais dans le noir impossible de faire mieux. Photos un peu décevantes donc !!

A un moment donné, lorsque la première « roue » s’est stationnée, je lui ai demandé oralement de venir vers nous et, tous les deux, nous avons eu cette impression qu’elle le faisait  en grossissant (je sais, c’est invraisemblable !!) ; alors, illusion d’optique ou pas ?

Ce spectacle était vraiment magique et ensuite nous nous sommes dit que le lendemain les journaux/radios en parleraient…….aucun écho et aucun témoin ne s’est manifesté.

A croire que nous avons été les seuls à admirer ce ballet……et pourtant, dans la rue en contrebas de notre maison, plusieurs voitures sont passées et elles ne pouvaient qu’avoir le phénomène en face d’elles…comme nous (même axe).

Je n’ai pas appelé la Tour de l’aéroport de Nice car « ils » ne voient jamais rien……

Je n’ai pas appelé non plus l’Observatoire de Nice où les « scientifiques » sont sceptiques par nature, j’en ai déjà fait l’expérience, trouvant toujours une explication très rationnelle quand ils ne disent pas que nous « rêvons » (cf. expérience à Nice de mon épouse en janvier 1989 concernant un rayon lumineux tronqué dans notre chambre…).

A noter qu’à 22h45, je ressors dans le jardin, côté nord toujours, avant d’aller me coucher ; j’aperçois alors immédiatement et nettement durant plusieurs secondes ce qui ressemble à deux « fusées » rouges de détresse (mais en était-ce vraiment ?)  à 65° environ en direction de Nice ; elles tombent ensemble vers le sol et disparaissent derrière la haie de mon jardin.

A 23h je rentre, prends des notes et vais dormir.

Existe-t-il un lien entre les deux observations, je l’ignore. »

Fait et certifié sincère à Cagnes sur mer le 21 mai 2012

ALAIN BAUQUET


Ci-dessous quelques unes des prises de vue réalisées par Alain:
(Attention il s'agit de forts agrandissements d'une partie des images par rapport aux cadrages initiaux
afin de tenter de révéler quelques détails. Sur les photos originales seules de petites tâches plus ou
moins lumineuses étaient observables)



                 Aspect d'une des deux "roues".
  

         Autre aspect offert par le phénomène
        (Les deux trainées lumineuses sont dues 
         à un léger bougé du photographe).



                                Autre aspect



                   Même commentaire que plus haut:
    La trainée lumineuse est lié à un léger bougé au moment
    de la prise de vue compte tenu du temps de pose assez
    élevé (1/8ième de seconde)



Commentaires annexes et compléments d’information:

 A propos du témoin :

Alain Bauquet est retraité du secteur bancaire. Il réside avec son épouse sur la commune de Cagnes sur mer (Département des Alpes maritimes).

Il s’intéresse au phénomène OVNI depuis plus d’une cinquantaine d’années.

C’est également un habitué du col de Vence et il connait notre équipe depuis déjà quelques années. Aussi avons-nous l’occasion de temps à autre de faire des veillées ensemble dans l’arrière pays vençois.

Concernant les prises de vue la nuit du 11 avril, c'était une véritable gageure de réussir des clichés de bonne qualité compte tenu des circonstances.

Nous concevons la frustration d’Alain quant à la qualité décevante des images obtenues.

L’appareil photo utilisé, un Sony DCS P200, ne dispose pas d’une optique très lumineuse et la puissance du zoom est assez modestes (X3). Dans ces conditions, il paraissait illusoire d'obtenir mieux avec des temps de pose d'1/8ième de seconde, diaphragme ouvert à 5.2, et main levée!

C'est déjà pas mal d’avoir réussi à cadrer les manifestations.

Remarquons qu'avec un zoom plus important, les images obtenues auraient été encore moins exploitables sans recours à un trépied ou un support stable...

Les petits serpentins lumineux que l’on peut noter sur certaines images résultent des mini-tremblements de la main au moment des prises de vue.

La petite trainée jaune verdâtre évoquée par Alain pour l’une des roues n’est hélas pas discernable sur les images.

 

Extrait entretien complémentaire avec le témoin :

Denis ALARCON pour Coldevence.com : « L'apparition a duré finalement peu de temps, mais ça aurait peut-être été intéressant que tu utilises le flash, non pas pour éclairer l'objet (Ce serait totalement illusoire dès que le sujet est distant de plus de quelques mètres), mais pour susciter une éventuelle interaction en réponse aux éclats de lumière.

Tu évoques néanmoins le sentiment que les "roues" aient répondu par un rapprochement / grossissement à tes demandes orales. C'est peut-être le cas, comme cela peut aussi être totalement subjectif, compte tenu de l'excitation qui devait être légitimement la tienne à ce moment là. »

Alain Bauquet : « a/ j'ai songé à utiliser le flash mais dans le noir, le réglage n'était pas facile, je me suis pris les pieds, et j'ai donc continué avec le flash (volontairement) supprimé.

b/ je peux te certifier que ni mon épouse ni moi n'étions "euphoriques" bien au contraire ; en effet, je m'attache à demeurer calme dans ces situations justement pour pouvoir analyser l'événement de manière lucide

c/ nous étions deux témoins et certes, on ne peut exclure une part de subjectivité, mais néanmoins, nous avons tous les deux eu le même sentiment de constater un rapprochement ou grossissement de la part d'une des "roues" »

Denis : « Bien sûr tu étais sur place, mais il me semble que ton estimation des distances (Tu évoques 500 mètres) est probablement biaisée. J'ai plutôt l'impression que c'était bien plus loin (Je parlerais pour ma part d'une distance supérieure à plusieurs kilomètres). Il est vrai que la chose est difficile à apprécier sans point de repère en arrière plan, et qui plus est de nuit. »

Alain : « Je connais bien la part de subjectivité liée aux difficultés d'évaluer même grossièrement une distance sans aucun repère et pire, de nuit (d'encre en plus) ; cependant, en partant vers le Col de Vence, la première "roue" a perdu de l'altitude pour passer DEVANT une petite colline derrière chez moi entre 500 et 800m avant de remonter pour la franchir.....un repère quand même donc ; toutefois, j'admets parfaitement que l'illusion d'optique soit possible.
La seconde "roue" n'est jamais descendue aussi bas. »


Ci-dessous trois photos réalisées de jour par Alain permettant d'appréhender l'environnement dans lequel s'est déroulé son observation:


                          Champ de vision dans la direction d'arrivée du phénomène


                       Champ de vision dans la zone principale d'évolution du phénomène


                         Champ de vision dans la direction de disparition du phénomène
                             (En arrière plan légèrement sur la gauche, le col de Vence)


Remarque : Sur la base de ce complément d’information, et compte tenu des inévitables approximations, on pourrait évaluer la taille de ces disques comprise entre  2 mètres et près de 5 mètres.  Vu les éléments d’appréciations disponibles sur photo dans la direction de départ, nous penchons personnellement en faveur de la fourchette basse, à savoir aux alentours de 2 mètres.

Notons au passage dans ce cas, que la « roue » dont Alain nous dit avoir observé qu’elle a un instant évolué en avant plan de la colline, pour ensuite remonter et passer derrière, devait se déplacer à une altitude très modeste, tout au plus quelques dizaines de mètres, ce qui est cohérent avec la sensation de proximité. Dans ces conditions, et compte tenu de l’horaire (21h17 le 11 avril 2012) et de la densité de population sur le secteur (Voir photos fournies par Alain), il est concevable que d’autres personnes soient susceptibles d’avoir également observé les évolutions de ces deux disques rougeoyant.

Nous profitons donc de cet article pour lancer un appel à témoin.

Merci de nous écrire via la rubrique « Nous contacter » de notre site web.

 

Suite des échanges :

Denis : « La lumière produite par les "roues" a l'air assez intense sur certaines images et moindre sur d'autres (Les réglages de prises de vue n'ayant pas varié autant que j'ai pu voir en consultant les données EXIF des images). »

Alain : « Je l'ai écrit, nous avons été stupéfait (et déçus) de constater que les photos correspondaient assez mal avec notre observation directe ; je n'ai opéré aucun déréglage de prises de vues, toutes les photos ont été prises avec le même réglage et sans flash ».

Denis : « As-tu eu l'impression qu'intensité lumineuse des "roues" fluctuait lors des évolutions? »

Alain : « Aucune fluctuation apparente d'intensité lumineuse, celle-ci étant demeurée à priori constante ; pour nous il s'agissait de "roues" incandescentes (du type de braises ardentes). »

Denis : « As-tu noté la présence d'avions dans le ciel au moment de ton observation (à 21h20 il doit y avoir encore du trafic en l'air surtout à proximité de Nice)? »

Alain : « Pas d'avion visible ou audible dans le ciel durant l'observation»

 

 

Second témoignage d'Alain:

 

OBSERVATION D’UNE CURIEUSE ETOILE

 

<< Il est 3h20 la nuit de ce samedi 12 mai 2012 quand je me réveille.

Au bout de quelques minutes, j’éprouve le besoin d’aller examiner le ciel depuis le petit fenestron de ma salle de bains qui donne directement vers le Col de Vence et le Baou de St Jeannet « convaincu » que j’allais « voir quelque chose ».

Le ciel est bien dégagé, peu de vent, aucun bruit ; quelques étoiles sont visibles malgré les lumières ambiantes de Nice toute proche et des lampadaires habituels du lotissement.

A 3h33 précises, ce que je prends pour une étoile non remarquée précédemment, « s’allume » en direction du Col, donc vers le nord-ouest à 20° environ ; sa grosseur est d’environ 1/5 de Vénus mais sa brillance est remarquablement proche de cette planète. En fait, elle étincelle dans le ciel noir.

Après quelques dizaines de secondes, cette « étoile » commence à monter lentement et verticalement dans le ciel en conservant sa brillance.

Puis, elle marque un léger temps d’arrêt après avoir parcouru verticalement environ 10 cm à bout de bras ; puis elle « dévie » légèrement vers la droite, « démarre » brutalement et disparaît  alors qu’un flash blanc est visible.

Durée totale de l’observation : une minute environ

Aucune explication satisfaisante ne m’est apparue.

A 4h00  je retourne me coucher, plus rien ne se manifestant. Je suis le seul témoin. >>

Fait et certifié sincère à Cagnes sur mer le 21 mai 2012

Alain BAUQUET


Commentaire coldevence.com:

Alain nous a confirmé avoir été témoin de manifestations insolites à plusieurs autres reprises, suite à des « intuitions ». Dans deux de ces circonstances, il était accompagné d’autres personnes (Dont une fois avec Joël Mesnard, éditeur de la revue d’ufologie bien connue « LDLN », et son épouse) qui n’ont pu que confirmer la réalité des évènements.

Cet aspect est intéressant et fait écho à certaines de nos propres expériences où cette dimension « psychique » est indéniable. Bien sûr cet aspect des phénomènes est à aborder avec la plus grande circonspection, tant il est potentiellement chargé d’implications en cascade quant à la nature réelle des phénomènes auxquels nous sommes confrontés…

Merci à Alain pour son aimable contribution à cet article.

Tags:
Categories: